HeydəR Əliyev irsini araşdirma məRKƏzi xocali 1992 Bakı 2014



Yüklə 13,59 Mb.
Pdf görüntüsü
səhifə10/14
tarix06.09.2017
ölçüsü13,59 Mb.
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   14

avril 2009 
...Au cours des vingt dernières années l’agression 
arménienne  contre  l’Azerbaïdjan,  sa  politique  de 
déportation et de nettoyage ethnique exercée contre 
notre peuple, les massacres et les actes de terreurs, 
et enfin le génocide des Azerbaïdjanais à Khodjaly 
– sont des réalités douloureuses de notre époque... 

www.aliyevheritage.org
159
KHODJALY - 1992
 

Allocution du Président de la République 
d’Azerbaïdjan, M. Ilham Aliyev, lors de 
l’ouverture d’une nouvelle résidence pour 
personnes déplacées, à Goranboy- Ville de 
Goranboy, 10 février 2011
...le génocide de Khodjaly aura été un des plus 
grands crimes, un des plus terribles du XX
e
 siècle, 
et il aura montré le visage hideux du nationalisme 
arménien.  Malheureusement,  les  Arméniens  du 
monde, leurs partisans étrangers et les groupes de 
pression  arméniens  dissimulent  depuis  de  nom-
breuses années  la vérité sur Khodjaly. 
La communauté internationale n’a pas été conve-
nablement  informée  sur  cette  question.  Nos  possi-
bilités  étaient  limitées,  en  particulier  pendant  les 
permières  années  de  notre  indépendance  où  nous 
ne  disposions  pas  des  possibilités  de  le  porter  à  la 
connaisance de la communauté mondiale. Mais au-
jourd’hui la situation est différente, l’Azerbaïdjan a 
plus de moyens et a développé un grand réseau dans 
sa diaspora. Des organismes publics, des organismes 
gouvernementaux publient des livres sur le génocide 
de Khodjaly, organisent des conférences et d’autres 
événements au niveau international. La communau-
té internationale est pleinement informée sur le gé-
nocide de Khodjaly. Cependant, il est également vrai 
que l’existence de doubles standards dans le monde 
rend notre tâche plus ardue...
 

Appel du Président de la République 
d’Azerbaïdjan, M. Ilham Aliyev, au 

www.aliyevheritage.org
160
KHODJALY - 1992
...Au cours des deux derniers siècles, les nationa-
listes arméniens ont commis à maintes reprises des 
crimes contre l’Humanité, du type actes de terreurs, 
massacres,  déportations  et  nettoyages  ethniques, 
afin de réaliser leur rêverie mythique de la ”Grande 
Arménie“ par l’occupation de territoires historiques 
de l’Azerbaïdjan. Le génocide du village de Khodja-
ly, commis à la fin du XXe siècle sous les yeux de 
l’humanité et se singularisant par une particulière 
cruauté et brutalité, est la page la plus marquante de 
cette politique agressive. Les dirigeants du régime 
séparatiste du Haut-Karabagh de cette époque, qui 
sont aujourd’hui ceux de l’Arménie, portent la res-
ponsabilité politique et juridique de ce crime. 
L’Etat  azerbaïdjanais  mène  depuis  20  ans  un 
travail  ciblé  et  systématique  destiné  à  informer  la 
communauté  internationale  sur  les  réalités  de  la 
tragédie de Khodjaly, commise par les nationaliste 
arméniens, et à la faire reconnaître comme génocide 
au niveau international. Au cours des dernières an-
nées, de nombreux instituts de la société civile, des 
organisations de la jeunesse et des organisations de 
la diaspora représentent nos compatriotes en colla-
boration avec les organismes étatiques et oeuvrent 
avec  détermination  pour  animer  la  campagne  in-
ternationale  ”Justice  pour  Khodjaly“.  Le  vrai  vi-
sage de la politique de communication arménienne, 
qui ne repose en vérité que sur le mensonge et la 
peuple azerbaïdjanais à l’occasion du 20e 
anniversaire du génocide de Khodjaly- 
Bakou, 23 février 2012

www.aliyevheritage.org
161
KHODJALY - 1992
désinformation,  a  été  progressivement  révélé.  La 
communauté mondiale découvre les vérités sur les 
tragédies  de  Khodjaly.  L’Union  parlementaire  de 
l’Organisation de la Coopération islamique a recon-
nu cette tragédie comme un crime de masse contre 
l’Humanité et a exhorté ses Etats membres à le qua-
lifier  ainsi  à  leur  tour  politiquement  et  juridique-
ment.  Les  Parlements  du  Pakistan  et  du  Mexique 
ont adopté des résolutions de reconnaissance de ces 
massacres comme génocide. 
La  République  d’Azerbaïdjan  joue  aujourd’hui 
un rôle important dans le système de sécurité mon-
diale et dans la lutte contre le terrorisme. Sans consi-
dération du lieu, nous appréhendons toutes sortes de 
discriminations  raciales,  de  haines  ethniques  et  reli-
gieuses comme un crime contre l’Humanité dans son 
ensemble. Notre Etat poursuivra ses efforts de diffu-
sion sur les réalités du génocide de Khodjaly et sur les 
occupations de territoires de l’Azerbaïdjan par l’Ar-
ménie, dans le but de restaurer la justice historique. 
Il luttera sans esprit de compromis contre de tels évé-
nements par tous les moyens politiques et juridiques. 
L’ennemi avait pour but, en commettant le géno-
cide  délibéré  de  Khodjaly,  de  briser  la  volonté  du 
peuple azerbaïdjanais par l’effroi, de le contraindre à 
abandonner la lutte pour sa souveraineté et son inté-
grité territoriale et de s’emparer de nos terres par la 
force armée. Mais ce raisonnement inhumain a rendu 
notre peuple plus endurant encore et il a résulté en 
la mobilisation de nos fils et de nos filles pour lutter 
résolument  et  de  manière  méthodique  en  faveur  de 

www.aliyevheritage.org
162
KHODJALY - 1992
notre Patrie sacrée et de notre Etat national. 
En ce jour de deuil national, nous rendons hom-
mage à la mémoire des victimes innocentes de cette 
tragédie de Khodjaly, nous demandons ”que Dieu les 
comble de sa Grâce“. Nous prions Dieu de bénir tous 
les martyrs. Je voudrais vous assurer que les auteurs 
du génocide de Khodjaly répondront tôt ou tard de-
vant la justice et seront punis. Le sang des martyrs 
sera vengé.
 

Allocution du Président de la République 
d’Azerbaïdjan, M. Ilham Aliyev, lors de 
la cérémonie d’ouverture du IIe Forum 
International Humanitaire de Bakou- 
Bakou, 4 octobre 2012
...Actuellement, la plus grande proportion de ré-
fugiés,  rapportée  au  nombre  d’habitant,  se  trouve 
en Azerbaïdjan.  Nous  avons  plus  d’un  million  de 
réfugiés et de personnes déplacées, ils ne peuvent 
pas rentrer aujourd’hui sur leurs terres natales. Du 
simple fait que la politique agressive de l’Arménie 
se poursuit jusqu’à ce jour. 
Notre peuple a traversé des tragédies majeures. 
Le génocide de Khodjaly a eu lieu, des innocents, 
des femmes et des enfants, ont été tués impitoyable-
ment, nos monuments religieux et culturels ont été 
détruits par les Arméniens. En d’autres termes, un 
génocide a été commis contre notre peuple et notre 
culture. Les auteurs de ce génocide, les responsables 
de ces cruautés, n’ont pas encore été condamnés de 
façon adéquate par la communauté internationale...

www.aliyevheritage.org
163
KHODJALY - 1992
 

Allocution du Président de la République 
d’Azerbaïdjan, M. Ilham Aliyev, lors d’une 
cérémonie d’inauguration- Bakou, 19 
octobre 2013.
...La  possibilité  de  faire  reconnaître  la  tragédie 
de  Khodjaly  comme  un  génocide  existe.  Plusieurs 
pays ont adopté des motions de reconnaissance du 
génocide commis à Khodjaly. Ce processus devra se 
poursuivre....
 

Allocution du président de la République 
d’Azerbaïdjan Ilham Aliyev au VIIe sommet 
de l’OSCE- le 1er décembre 2010
…L’Arménie  continue  à  garder  sous  l’occupa-
tion pas seulement le Haut Karabagh , mais aussi 
7  régions  adjacentes  de  l’Azerbaïdjan.  L’Arménie 
a détruit nos villes et villages, nos maisons et nos 
lieux sacrés, les tombes de nos ancêtres et nos mos-
quées. Les Arméniens ont commis les crimes mili-
taires  et  le  génocide  de  Khodjaly  et  des  centaines 
de  civils  ont  été  massacrés  par  les  forces  armées 
arméniennes. Plus de 100 enfants ont été parmi les 
victimes innocentes de Khodjaly. 
 

Allocution du président de la République 
d’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, lors de 
l’ouverture du complexe mémorial du 
génocide de Gouba – Ville de Gouba, le 18 
septembre 2013
…Les coupables du génocide de Khodjaly sont 
les  gens  au  pouvoir  en  Arménie.  Cette  tragédie 
s’est passée devant les yeux du monde. En d’autres 

www.aliyevheritage.org
164
KHODJALY - 1992
termes, nous nous sommes basés sur les faits réels 
, mais pas comme le ”génocide arménien“ qui se 
base  sur  les  mythe  .  Les  vidéos,  les  photos,  les 
témoins – tous cela est vrai, la réalité. Mais pour 
quelques  raisons  que  certaines  personnes  ne 
veulent pas le voir, certains veulent présenter les 
Arméniens comme les victimes. Bien sûr, il y a une 
raison  à  cela.  Le  lobby  arménien  dans  le  monde 
et  certains  politiciens  malhonnêtes  et  corrompus  
qui sont sous le contrôle de ce lobby, ont déformé 
complètement l’histoire et essayent de mettre tout 
le blâme sur l’Azerbaïdjan. Cette injustice se pour-
suit à ce jour. Pendant le génocide de Khodjaly 613 
innocents ont été tués impitoyablement par les Ar-
méniens.  Si  nos  compatriotes  enterrés  ici  avaient 
été tués par les armes blanches et les instruments 
contondants, à Khodjaly nos compatriotes ont été 
massacrés par les grenades, par les fusils. Des cen-
taines de personnes ont été portées disparues. Les 
Arméniens ont tué 63 enfants et 106 femmes. C’est 
une atrocité sans précédent. 
Ajourd’hui,  les  organisations  étatiques  et  pu-
bliques  opérant  en  Azerbaïdjan,  notamment  la 
Fondation Heydar Aliyev ménent un grand travail 
pour  la  reconnaissance  du  génocide  de  Khodjaly 
dans le monde. Je tiens à souligner les activités de 
la  Fondation  Heydar Aliyev  pour  l’établissement 
du  complexe  mémorial  consacré  au  génocide  de 
Gouba. La Fondation Heydar Aliyev, notre organi-
sation de diaspora, ainsi que l’Etat azerbaïdjanais 
se sont réunis pour le lancement de la campagne 

www.aliyevheritage.org
165
KHODJALY - 1992
”Justice pour Khodjaly!“ et sa poursuite réussie, et 
nous  atteindons  progressivement  notre  but.  Plu-
sieurs pays ont déjà reconnu officiellement le mas-
sacre de Khodjaly comme un génocide et ce pro-
cessus se poursuit...

www.aliyevheritage.org
166
KHODJALY - 1992
Le génocide de Khodjaly est un 
crime contre l’Humanité
Le  génocide  et  la  politique  d’agression  menés 
par les nationalistes arméniens contre notre peuple 
a  plus  de  deux  cents  ans  d’histoire.  L’objectif  de 
cette  politique  est  d’expulser  les  Azerbaïdjanais 
de  leurs  terres  ancestrales  et  historiques  et    d’y 
construire  un  Etat  de  ”Grande Arménie“  inventé 
par les historiens et idéologues arméniens. Afin de 
réaliser leur politique offensive et dangereuse, ils 
ont  utilisé  diverses  méthodes  et  moyens,  la  falsi-
fication de l’Histoire, les provocations politiques, 
et ont soutenu au niveau de l’Etat un nationalisme 
agressif,  le  séparatisme  et  l’agression  contre  les 
peuples voisins. A cette fin, ils ont établi, en Armé-
nie et dans certains pays, des organisations ”cultu-
ro–nationales“, religieuses, politiques et voire ter-
roristes,  et  ont  mobilisé  les  potentialités  de  leur 
diaspora et des lobbies arméniens.
Dans les trente premières années du XXe siècle, 
à  la  suite  des  guerres  entre  la  Russie  et  l’Iran  et 
la  division  en  deux  parties  des  terres  azerbaïd-
janaises, a commencé un transfert massif, de façon 
organisée, d’Arméniens d’Iran et de Turquie vers 
le  Haut-Karabagh  au  terme  duquel  la  situation 
démographique  a  été  modifiée  artificiellement. 
En  1905,  les  nationalistes  arméniens  ont  commis 
des massacres contre les Azerbaïdjanais sur leurs 
terres natales et des centaines de villages et bourgs 
ont été détruits. En 1918, un plan odieux a été mis 

www.aliyevheritage.org
167
KHODJALY - 1992
en oeuvre afin de ”nettoyer“  la  région de Bakou  
de  ses  Azerbaïdjanais, à l’initiative de la ”Com-
mune de Bakou“ dont les dirigeants politiques et 
militaires  comptaient  essentiellement  des  Armé-
niens. A la suite de quoi des dizaines de milliers 
de civils ont été tués, des villages, des monuments 
de  notre  culture,  des  mosquées  et  des  écoles  ont 
été détruits. Les Arméniens se sont jetés contre la 
population civile azerbaïdjanaise à Gandja, à Ché-
makha, à Qouba, à Lenkaran, au Karabagh, dans le 
Moughan et dans d’autres régions de l’Azerbaïd-
jan.
Cette  politique  génocidaire  et  de  déportation 
contre les Azerbaïdjanais a été poursuivie avec des 
méthodes habiles  et  insidieuses  à  l’époque sovié-
tique, lequel avait proclamé le slogan de ”l’égalité 
des nations et des peuples“, mais à l’encontre de 
l’Azerbaïdjan un grand nombre de décisions hos-
tiles  et  injustes  ont  été  adoptées.  Dans  les  année 
1920,  le  Zanguezour-  terre  historique  de  l’Azer-
baïdjan - a été annexée sans aucune raison à l’Ar-
ménie et ainsi, notre Nakhitchevan, un autre terre 
ancestrale  de  l’Azerbaïdjan,  a  été  séparé  territo-
rialement  de  notre  Patrie.  Une  autonomie  armé-
nienne a été instaurée dans le Haut-Karabagh. Par 
la décision volontariste de la direction de l’URSS, 
dans  les  années  1948  –  1953,  les  Arméniens  ont 
réussi  à  faire  procéder  à  la  déportation  des  cen-
taines de milliers d’Azerbaïdjanais de leur foyers, 
et de ce seul fait une république mono- ethnique 
a été constituée sur le territoire de la République 

www.aliyevheritage.org
168
KHODJALY - 1992
d’Arménie.
Déclenché depuis 1988 par la direction politique 
arménienne, le conflit du Haut Karabagh a dévas-
té  les  territoires  de  l’Azerbaïdjan  et  répandu  ses 
supplices amers sur la population azerbaïdjanaise 
victime de cette réaction, et malheureusement, ces 
événements ont été reçus dans un silence indiffé-
rent par les dirigeants de l’URSS et ceux du monde 
occidental. Encouragés et inspirés par la situation 
ainsi créée les Arméniens sont parvenus à mettre 
en oeuvre l’une après l’autre les étapes de leur po-
litique génocidaire et accomplir leur crimes inouïs 
contre  les  Azerbaïdjanais.  20%  du  territoire  de 
l’Azerbaïdjan,  comprenant  en  outre  sept  régions 
adjacentes du Haut-Karabagh – les départements 
de Kelbedjer, Latchin, Aghdam, Fuzouli, Djebraïl, 
Qoubadly  et  Zenguilan-  ont  été  envahis  et  occu-
pés par les forces armées de l’Arménie. Plus d’un 
million d’Azerbaïdjanais ont été expulsés de leurs 
foyers,  des  dizaines  de  milliers  de  personnes  ont 
été  tuées,  mutilées,  ou  prises  en  otage.  Des  cen-
taines de villages, des milliers d’établissement de 
santé,  d’école  et  de  culture,  des  monuments  his-
toriques  et  culturels,  des  mosquées,  des  lieux  de 
pèlerinages, des cimetières ont été détruits ou pro-
fanés par le vandalisme arménien.
Dans les premières années de ce dernier conflit, 
les  tragédies  causées  par  les  activistes  nationa-
listes arméniens dans les villages de Kerkidjahan, 
Mecheli,  Qouchtchoular,  Qaradaghly,  Aghdaban 
et d’autres dans ce Haut Karabagh où vivaient des 

www.aliyevheritage.org
169
KHODJALY - 1992
Azerbaïdjanais, pour culminer avec le génocide de 
Khodjaly, sont des crimes historiques qui viveront 
éternellement comme une tâche noire sur l’image 
des  ”Arméniens  opprimés  et  souffrants“  que  ces 
derniers se sont construite.
Au XXe siècle, la tragédie de Khodjaly est un des 
crimes les plus terribles commis contre le peuple 
Azerbaïdjanais  par  des  Arméniens  tenants  d’une 
politique nationaliste obsédés par l’idée de recréer 
un  Etat  de  ”Grande  Arménie“  mono  -ethnique. 
Cette  politique,  jusqu’à  présent,  la  communauté 
mondiale  et  les  organisations  internationales  ne 
l’ont  pas  comprise  et  ne  l’ont  pas  condamnée  et, 
par  manque  d’efforts  pour  le  prévenir,  ce  crime 
restera  une  tâche  indélébile  pour  l’humanité,  les 
atrocités qui ont été commises à la fin du XXe siècle 
sous  les  yeux  du  monde  civilisé  par  les  envahis-
seurs  arméniens  est  la  poursuite  depuis  1905  de 
l’annexion des terres azerbaïdjanaises. 
Dans  cette  nuit  du  26  février  1992,  écrite  dans 
l’histoire azerbaïdjanaise avec des lettres de sang, 
les forces armées arméniennes ont rasé jusqu’aux 
fondements  l’ancienne  ville  de  Khodjaly  à  l’aide 
de la technique militaire et des soldats de la divi-
sion n°366 de l’ex-armée soviétique, composée de 
contingents principalement arméniens et qui était 
cantonnée depuis l’époque soviétique dans la ville 
de Khankendi.
Tout d’abord, Khodjaly a été sous le feu des ca-
nons  et  d’autres  technique  militaires  et  a  été  dé-
truite.  Un  incendie  a  été  déclenché  dans  la  ville. 

www.aliyevheritage.org
170
KHODJALY - 1992
Ensuite, les forces d’infanterie ont pénétré en plu-
sieurs  points  dans  la  ville  et  ont  vidé  leurs  char-
geurs sur les civils survivants. 
Le  même  jour  pendant  une  courte  période  de 
temps, les forces armées arméniennes ont tué 613 
civils de la ville impitoyablement et en usant de la 
torture, et plus de 421 personnes ont été blessées. 
Les habitants, ceux qui ont pu échapper à l’as-
saut,  ont  été  tués  avec  une  cruauté  particulière 
dans  des  embuscades  des  militaires  arméniens 
tendues sur les routes et dans les forêts. Des bou-
chers déchaînés ont scalpé des gens, ont découpé 
les membres des corps, ont arraché des yeux à des 
enfants, ont ouvert le ventre des femmes enceintes, 
ont enterré des gens vivants, brûlé des cadavres, et 
ont miné une partie des cadavres. 
Pendant  ces  événements,  1275  personnes  ont 
disparu ou ont été prises en otage, une ville de 10 
000  d’habitants  a  été  pillée,  les  bâtiments  ont  été 
détruits et brûlés. Parmi les victimes le sort de 150 
personnes, dont 68 femmes et 26 enfants, est incon-
nu jusqu’à présent. A la suite de cette tragédie plus 
de 1000 habitants civils ont été blessés par balles et 
sont restées handicapés. 106 des cadavres étaient 
des femmes, 63 des enfants, 70 des vieillards. 487 
personnes  sont  demeurées  des  handicapés  de 
guerre, parmi lesquelles 76 étaient des mineurs.
A la suite de ce crime, à la fois militaire et po-
litique, huit familles entières ont été anéanties, 25 
enfants ont perdu leurs deux parents, 130 enfants 
ont perdu un de leurs parents. Parmi les martyrs, 

www.aliyevheritage.org
171
KHODJALY - 1992
56 ont été brûlés impitoyablement vivants.
Comme  le  Président  de  la  République  d’Azer-
baïdjan  Ilham Aliyev l’avait dit dans son appel au 
peuple  azerbaïdjanais  à  l’occasion  de  l’anniver-
saire du génocide de Khodjaly: ”Sans aucune né-
cessité militaire, des centaines de civils ont été tués 
et  torturés,  leurs  cadavres  ont  été  profanés.  Des 
enfants,  des  femmes,  des  vieillards,  des  familles 
entières ont été anéanties. A la fin du XXe siècle, 
il  s’est  produit  un  des  plus  graves  crimes  contre 
le peuple azerbaïdjanais et contre l’Humanité. Par 
son  envergure,  ces  atrocités  et  ces  cruautés  de  la 
tragédie de Khodjaly occupent une place particu-
lière parmi les crimes contre l’Humanité.“
Il  est  difficile  d’imaginer  que  de  telles  cruau-
tés  et  atrocités  aient  été  commises  par  des  êtres 
humains  à  la  fin  du  XXe  siècle  sous  les  yeux  du 
monde.
Cet acte de destruction massive et sans aucune 
merci est une illustration de la politique de terreur 
conduite contre l’indépendance et l’intégrité terri-
toriale  de  l’Azerbaïdjan,  elle  n’est  pas  seulement 
un  acte  sauvage  contre  le  peuple  azerbaïdjanais 
mais contre l’Humanité. Perpétrant ce génocide de 
Khodjaly les nationalistes arméniens avaient l’in-
tention d’effrayer le peuple azerbaïdjanais qui ne 
voulait pas abandonner sa terre natale aux enva-
hisseurs, et de briser sa volonté de résistance.
Seyran Ohanyan, commandant de la deuxième 
compagnie du régiment n°366, Yevgeni Nabokikh, 
commandant  de  la  troisième  compagnie  du  régi-

www.aliyevheritage.org
172
KHODJALY - 1992
ment n°366, Valeri Tchittchyan, chef d’état major de 
la première compagnie, ont guidé les oppérations 
d’attaque  contre  la  ville  de  Khodjaly.  Plus  de  90 
chars, véhicules de combat d’infanterie et d’autres 
équipements  militaires  du  régiment  ont  été  im-
pliqué dans cette opération. Slava Arutunyunyan, 
Andrey Iskhanyan, Sergey Beglaryan, Movses Ako-
pian, Grigori Kisebekyan, Vacik Morzoyan, Vadja-
gan  Ayriyan,  Alexander  Ayrapetyan  et  d’autres 
fonctionnaires  militaires,  Karo  Petrosyan,  Vitali 
Balasanyan,  Seyran  Tumasyan,  Valera  Grigoryan 
et d’autres personnels des unités militaires armé-
niennes ont pris une part active à ces crimes géno-
cidaires commis contre la population civile. Armo 
Abramyan, chef du Département des Affaires Inté-
rieures de la ville de Khankendi, Mavrik Qukasyan, 
chef  du Département des Affaires Intérieures de la 
région d’Asgaran, son adjoint Chagen Barseqyan, 
Vitali  Balasanyan,  président  du  Front  Populaire 
des Arméniens du Haut-Karabagh, Serjik Kotcha-
ryan, chef de la prison de la ville de Khankendi et 
d’autres Arméniens faisaient partie de ceux qui ont 
commis ce massacre contre les civils.
S. Ohanyan qui avait le grade de major au mo-
ment du génocide de Khodjaly, porte maintenant 
les galons de colonel et occupe le siège de Ministre 
de  la  Défense  de  la  République  d’Arménie.  Cer-
tains  autres  auteurs  de  ce  crime  occupent  divers 
postes dans les organismes étatiques de la Répu-
blique d’Arménie et dans cette structure- marion-
nette créée par l’Arménie. 

www.aliyevheritage.org
173
KHODJALY - 1992
Il est noté dans la résolution n°96, en date du 11 
décembre 1946 de l’Assemblée Générale de l’ONU, 
que  ne  reconnaissant  pas  le  droit  à  vivre  des 
groupes humains, le génocide est une insulte à la 
dignité humaine, il prive l’humanité des supports 
matériels  et  moraux  créés  par  les  être  humains. 
Ces  actes  notoires  sont  complètement  contraires 
aux  objectifs  et  aux  devoirs  de  l’ONU.  La  base 
juridique  pour  le  crime  de  génocide  est  précisée 
dans la convention sur ”La prévention et la pénali-
sation du crime génocidaire“ adoptée par la réso-
lution 260, datée du 9 décembre 1948 et entrée en 
vigueur en 1961. Les Etats adhérant à cette conven-
tion affirment que le génocide est un crime violant 
les normes du droit international, sans considéra-
tion du fait qu’il est commis en un temps de paix 
ou de guerre, se sont engagés à prendre des me-
sures pour le prévenir et pour punir ceux qui en 
sont  coupables.  La  nature  et  l’ampleur  du  crime 
terrible commis dans la ville de Khodjaly montre 
que toutes les actions constitutives du crime de gé-
nocide  telles  que  stipulées  dans  cette  convention 
ont  été  employées.  Ce  massacre  impitoyable  pré-
vu à l’avance a été commis dans le but de détruire 
complètement tous les gens qui y vivaient au motif 
qu’ils étaient les Azerbaïdjanais.
Les  faits  de  non-respect  par  l’Arménie  des 
normes du droit international, qui définit les com-
portements  pendant  la  guerre,  ne  se  limitent  pas 
par  ces  actes.  Conformément  aux  exigences  du 
droit humanitaire international, la guerre ne peut 

www.aliyevheritage.org
174
KHODJALY - 1992
s’effectuer  qu’entre  les  forces  armées  des  parties 
en conflit. Les civils ne doivent pas participer aux 
combats et on doit les respecter. Conformément à 
l’article 3 de la IV Convention de Genève sur ”la 
protection des civils pendant la guerre“, attenter à 
la vie de la population civile, y compris l’assassinat 
de  toutes  sortes  d’entre  eux,  les  mutiler,  les  trai-
tements cruels, les tortures, les traitements humi-
liants, la dégradation de leur dignité sont interdits. 
L’article 33 de la Convention stipule qu’aucun ci-
vil ne peut être puni pour toute violation du droit 
qu’il n’a pas commise. 
Les mesures de punition collective contre la po-
pulation  civile,  inspirer  la  peur,  les  actes  de  ter-
reurs  contre  elle,  la  soumettre  à  des  représailles, 
sont  proscrites.  L’article  34  de  cette  convention 
stipule que la prise en otage de la population est 
aussi  interdite.  Mais  les  Arméniens  qui  ont  pris 
en otage plus de 1000 personnes seulement à Kho-
djaly, ont affiché ouvertement un non-respect à ce 
principe. Les forces armées de l’Arménie ont igno-
ré  ces  normes  du  droit  et  ont  recouru  à  des  mé-
thodes cruelles pour éliminer la population civile 
de Khodjaly. Ce crime de génocide a des composi-
tions de génocide décrites dans la convention sur 
”La prévention et la pénalisation du crime de gé-
nocide“ datée le 9 décembre 1948.
Ceux qui ont commis ces incroyables brutalités 
contre les civils azerbaïdjanais lors de l’occupation 
de  Khodjaly  et  qui  ont  violé  gravement  les  pres-
criptions de la Convention de Genève, les articles 

www.aliyevheritage.org
175
KHODJALY - 1992
2, 3, 5, 9 et 17 de la ”Déclaration Universelle des 
droits de l’homme“, la convention sur ”la protec-
tion des femmes et des enfants lors des conflits mi-
litaires et des situations d’urgence“, de la conven-
tion sur ”la Prévention et la pénalisation de crime 
de génocide“, restent jusqu’à présent impunis. Et 
le climat d’impunité crée une base pour commettre 
de nouveaux crimes.
L’Arménie ne renie pas ces brutalités qu’elle a 
commises,  au  contraire,  elle  justifie  insolemment 
ce  génocide  commis  contre  les  Azerbaïdjanais, 
et  les  auteurs  de  cette  tragédie  sont  considérés 
comme des héros de la nation. Une politique ou-
vertement  anti–azerbaïdjanaise  est  menée  en  Ar-
ménie, des motifs idéologiques justifiant l’occupa-
tion  de  nouvelles  terres  azerbaïdjanaises  sont  en 
cours d’élaboration à l’échelle nationale. L’histoire 
falsifiée arménienne est élevée au niveau de la po-
litique d’Etat afin de créer une base pour éduquer 
les jeunes Arméniens dans un esprit nationaliste.
Aussi étrange cela soit-il, les Parlements de cer-
tains pays qui ont fermé leur yeux sur le génocide 
bien réel de Khodjaly, ont porté la légende du ”gé-
nocide arménien“ en objet de discussion, voire ont 
adopté des décisions injustes à cet égard, indiffé-
rents  aux  réalités  historiques.  C’est  l’une  des  rai-
sons  pour  lesquelles  les  efforts  du  règlement  du 
conflit  arméno–azerbaïdjanais  du  Haut-Karabagh 
freinés par l’Arménie.
Les  historiens  et  les  politiciens  arméniens,  en 
exagérant et promouvant d’année en année les évé-

www.aliyevheritage.org
176
KHODJALY - 1992
nements de 1915 comme un soi- disant ”génocide“, 
essaient de faire oublier le massacre des Azerbaïd-
janais commis au début du siècle et de tromper la 
communauté internationale.
Les  terres  azerbaïdjanaises  sont  toujours  sous 
occupation, les bouchers arméniens pour atteindre 
leurs fins, ont tué impitoyablement des gens inno-
cents.  Parvenir  à  faire  reconnaître  la  tragédie  de 
Khodjaly  devant  la  communauté  internationale 
comme  un  crime  contre  l’Humanité  et  un  géno-
cide est un devoir pour tous les Azerbaïdjanais. Ce 
crime ne doit jamais être réitéré.
Comme Heydar Aliyev, dirigeant historique de 
la nation azerbaïdjanaise, a déclaré à propos de cet 
épisode tragique: ”Le génocide de Khodjaly est un 
de plus grands crimes du XXème siècle. Pour pré-
venir que ce massacre commis impitoyablement à 
Khodjaly ne soit pas répété ailleurs, les réalités du 
génocide de Khodjaly doivent être connues de la 
communauté  mondiale,  et  des  mesures  sérieuses 
doivent être prises pour que chacun prenne posi-
tion en face de cette tragédie.
Il  convient  de  noter  qu’au  mois  de  juin  1993, 
après le retour au pouvoir d’Heydar Aliyev, notre 
dirigeant  historique,  sur  la  demande  insistante 
du peuple, il a été possible de qualifier politique-
ment et juridiquement le génocide de Khodjaly, à 
l’exemple  d’un  certain  nombre  d’autres  tragédie 
nationales. A l’initiative du dirigeant historique, le 
Milli Médjlis a adopté le 24 février 1994 une déci-
sion sur ”le Jour du génocide de Khodjaly“, les rai-

www.aliyevheritage.org
177
KHODJALY - 1992
sons ayant présidé à l’accomplissement de ce géno-
cide et les coupables de ce crime ont été dénoncés 
dans ce document. 
Comme  il  est  écrit  dans  le  décret  sur    ”le  20e 
anniversaire du génocide de Khodjaly” signé par 
le Président Ilham Aliyev : ”Les réalités sur le gé-
nocide de Khodjaly qui fait partie de la politique 
de néttoyage ethnique des nationalistes arméniens 
contre  les  Azerbaïdjanais  dans  les  XIXe  et  XXe 
siècles,  doivent  être  transmises  à  la  communauté 
internationale, aux parlements des pays étrangers, 
et ce crime de guerre extrémement grave doit être 
évalué  juridiquement  et  politiquement  au  niveau 
international”. 
A  cet  égard,  la  Fondation  Heydar Aliyev  joue 
un rôle important. Il y a plusieurs années que cette 
Fondation organise des cérémonies consacrées à la 
tragédie de Khodjaly. La Fondation organise, dans 
70  pays  du  monde,  des  conférences,  des  soirées 
de souvenir, édite des livres, des prospectus, des 
DVD, produit des films sur ce sujet.
A  l’initiative  de  Madame  Leyla  Aliyeva,  vice–
présidente de la Fondation Heydar Aliyev, prési-
dente de l’organisation des Jeunes Azerbaïdjanais 
de  Russie,  la  campagne  ”Justice  pour  Khodjaly“ 
prend de plus en plus d’élan. Dans le cadre de cette 
campagne, des centaines d’actions ont été organi-
sées  dans  le  monde  entier.  Dans  la  quasi  totalité 
des  pays  membres  de  l’Union  Européenne,  des 
pays de la CEI, de l’Asie, de l’Amérique du Sud et 
du Nord, des conférences, des séminaires ont été 

www.aliyevheritage.org
178
KHODJALY - 1992
organisés.  Grâce  à  cette  campagne  quelques  Fo-
rums ont reconnu la tragédie de Khodjaly. A l’ini-
tiative de la Fondation et du Forum des Jeunes de 
l’OCI, les députés de 31 pays ont reconnu la tragé-
die  de  Khodjaly  comme  un  crime  contre  l’huma-
nité. Des ”fleshmob“ de jeunes se déroulent entre 
les  grandes  universités  dans  20  pays  du  monde. 
Egalement,  on  a  engagé  l’étape  suivante  de  cette 
campagne qui consiste à envoyer des pétitions et 
des  appels  exigeant  de  reconnaître  cette  tragédie 
comme  un  acte  de  génocide  et  un  crime  contre 
l’humanité, qui ont été adressés aux chef d’Etat et 
du  gouvernement,  au  groupe  de  Minsk  de  l’OS-
CE, à l’APCE, au Secrétaire Général de l’ONU, aux 
Parlements  mondiaux  et  aux  organisations  inter-
nationales. 
La  campagne  d’information  et  de  promotion 
”Justice pour Khodjaly“ dédiée à la diffusion des 
réalités de la tragédie de Khodjaly à l’attention de 
la communauté internationale et à obtenir la qua-
lification  juridique,  politique  et  spirituelle  de  cet 
acte par la communauté internationale, se déroule 
avec succès avec l’aide de centaines de volontaires 
dans plusieurs pays du monde. 
Le  gouvernement  azerbaïdjanais  travaille  avec 
méthode et demeure constamment orienté vers ce 
but afin que les crimes commis par les nationalistes 
arméniens contre les Azerbaïdjanais soient portés 
à la connaissance de la communauté internationale 
et que le monde soit informé des réalités du géno-
cide de Khodjaly.

www.aliyevheritage.org
179
KHODJALY - 1992
Déjà  la  communauté  internationale  comprend 
très  bien  la  réalité.  La  résolution  spéciale  adop-
tée par l’Organisation de la Conférence Islamique 
est le premier document qui reconnait la tragédie 
de Khodjaly comme ”un crime contre humanité“.
Cette résolution adoptée par 51 pays qualifie la tra-
gédie de Khodjaly de ”massacre des forces armées 
arméniennes contre les civils“ et de ”crime contre 
l’humanité“.
Actuellement,  les  parlements  du  Pakistan,  du 
Mexique, de la République tchèque, de la Colom-
bie et de la Bosnie –Herzégovine ont reconnu la tra-
gédie de Khodjaly comme un génocide et un crime 
contre l’Azerbaïdjan. En plus, plusieurs Etats des 
Etats-Unis ont reconnu ce génocide.
A  la  différence  des  nationalistes  arméniens 
l’Azerbaïdjan n’a aucune intention de tirer un pro-
fit  particulier  de  ce  pénible  événement,  ni  poli-
tique, ni financier, ni territorial ou autre. Notre but 
est de parvenir au rétablissement de la  justice his-
torique, de dénoncer les auteurs de ces crimes et de 
les présenter à la condamnation de la communau-
té internationale. C’est pourquoi il faut proclamer 
le danger pour le monde entier que représente le 
séparatisme ethnique des nationalistes arméniens 
qui  entretiennent  dans  la  région  les  haines  et  les 
idéologies terroristes qu’ils ont semées dans cette 
région. Ceci est notre devoir civique et humaniste 
en face de l’esprit des héros martyrs de Khodjaly.

www.aliyevheritage.org
180
KHODJALY - 1992
Matériaux de référence et de sources 
d’informations
 L’agression militaire de l’Arménie contre 
l’Azerbaïdjan
Un  conflit  militaire  et  politique  déclenché  à  la 
suite  des  revendications  territoriales  de  l’Arménie 
envers  la  région  azerbaïdjanaise  du  Haut-Karaba-
gh avec l’aide de la diaspora des séparatistes armé-
niens locaux. Le 2 février 1988, la session du Soviet 
du  Vilayet/oblast  autonome  du  Haut-Karabagh 
s’est  adressé  au  Soviet  Suprême  de  l’Azerbaïdjan 
SSR pour examiner le statut de ce vilayet. 
Le  1
er
  décembre  1989,  le  parlement  arménien  a 
adopté une décision anticonsitutionnelle relative à 
l’annexion  du  Haut-Karabagh  à  l’Arménie.  C’était 
un  acte  juridique  d’intervention  ouverte  contre 
l’intégrité  territoriale  de  l’Azerbaïdjan  SSR.  Le  26 
novembre  1991,  le  statut  du  Vilayet  autonome  du 
Haut-Karabagh  a  été  annulé  par  la  République 
d’Azerbaïdjan.
Depuis  la  fin  1991,  avec  l’effondrement  de 
l’URSS,  l’Arménie  a  déclenché  en  fait  une  guerre 
ouverte  et  injuste  contre  l’Azerbaïdjan.  Les  unités 
militaires  de  l’Arménie  ont  violé  les  frontières  de 
l’Azerbaïdjan et sont entrées au Haut-Karabagh. En 
s’unissant aux séparatistes et terroristes arméniens 
du Haut-Karabagh, elles ont commencé  l’occupa-
tion des terres azerbaïdjanaises. Dans la nuit du 26 
février 1992, l’évenement le plus tragique s’est passé 
dans l’histoire moderne de l’Azerbaïdjan. Les uni-
tés militaires de l’Arménie ont perpétré un génocide 
terrible  contre  les Azerbaïdjanais  de  Khodjaly. Au 
mois de mai 1992, les unités militaires arméniennes 
ont occupé Choucha. Ainsi, les Arméniens ont oc-

www.aliyevheritage.org
181
KHODJALY - 1992
cupé  tout  le  territoire  du  Haut-Karabagh.  L’étape 
suivante a été l’occupation de la région de Latchin 
qui  séparait  le  Haut-Karabagh  d’avec  l’Arménie. 
Ensuite,  au  mois  d’avril  1993,  Kelbecer,  en  juillet 
et  octobre  de  cette  année  les  régions  d’Aghdam, 
Fuzouli, Djabrayil, Qoubadly et Zenguilan ont été 
ocupées. Au cours des années 1988 – 1992, à la suite 
de l’agression militaire de l’Arménie 20.000  Azer-
baïdjanais sont morts, 100.000 ont été blessés, 50.000 
personnes sont mutilées de guerre.
Au  cours  de  l’agression  4852  (  54  enfant,  323 
femmes, 410 vieillards) Azerbaïdjanais furent por-
tés  disparus,  1368  (  169  enfants,  338  femmes,  286 
vieillards)  prisonniers  ont  été  libérés,  783  (18  en-
fants, 46 femmes, 69 vieillards) sont jusqu’à présent  
prisonniers en Arménie. Selon le Comité Internatio-
nal de la Croix Rouge, 430 prisonniers sont morts. 
Un million de personnes ont été expulsées de leurs 
foyers à la suite de l’occupation. 
Les  dommages  causés  par  cette  agression  mili-
taire à l’Azerbaïdjan font plus de 431 milliards 536 
millions USD (pour le début 2011). (E. Süleymanov 
et  V.  Süleymanov,  ”L’agression  militaire  de  l’Arménie 
contre l’Azerbaïdjan et les conséquences lourdes de l’oc-
cupation“ Bakou, CBS, 2012) (en azerbaïdjanais).
 31 mars 1918
”Jour  du  génocide“  perpétré  par  les  Dachnaks 
arméniens et les Bolchéviques contre la population 
locale  de  certaines  villes  azerbaïdjanaises,  y  com-
pris Bakou, Chémakha, Qouba
 Région d’Aghdam
Région administrative de la République d’Azer-
baïdjan.  Superficie  de  1150  km2.  Population  de 

www.aliyevheritage.org
182
KHODJALY - 1992
 Région de Djabrayil
Région administrative du sud–ouest de la Répu-
blique d’Azerbaïdjan. Superficie de 1049,8 km2, po-
pulation de 66400 hab. Le 23 août 1993, a été occupée 
par les unités militaires arméniennes. 97 villages et 
bourgs, 91 écoles secondaires, 8 établissements in-
dustriels,    44  installations  agricoles,  149  centres 
culturels, 83 hôpitaux et 65 bureaux de postes ont 
été pillés par les forces armées arméniennes. 
Les  dommages  causés  par  cette  agression  mili-
taire à cette région font plus de 3 milliards 450 mil-
lions USD.
 Région d’Aghdere
Région administrative du sud–ouest de la Répu-
blique d’Azerbaïdjan. Superficie de 1700km
2
. Occu-
pée  le  7  juillet  1993  par  les  unités  militaires  armé-
niennes.
167300 personnes. Cette région a été occupée le 23 
juillet 1993 par les Arméniens. 82 villages et bourgs, 
34.680 maisons et  appartements, 17 établissements 
industriels, 57 bureaux de postes, 114 écoles secon-
daires, 59 écoles maternelles, 108 centres culturels, 
120 hôpitaux et postes de secours médical, 3 rete-
nues  d’eau,  16  mosquées,  5  fermes,  10  ponts,  180 
conduites d’eau ont été pillés par les Arméniens. 6 
mille personnes de cette région sont devenues des 
martyrs.
Les  dommages  causés  par  cette  agression  mili-
taire  à cette région font plus de 6 milliards 100 mil-
lions 107 mille USD.

www.aliyevheritage.org
183
KHODJALY - 1992
 La région de Fuzouli
Région  administrative  de  la  République  d’Azer-
baïdjan. Superficie de 1390 km2, une population de 
147.100  hab.  Le  23  août  1993,  la  région  de  Fuzouli 
a  été  occupée  par  l’armée  arménienne.  84  villages 
et  bourgs,  45  établissements  industriels,  990  instal-
lations  agricoles,  39  bureaux  de  poste,  183  centres 
culturels,  127  hôpitaux,  88  écoles  secondaires,  76 
écoles maternelles ont été pillées par les Arméniens. 
La grotte d’Azykh, qui est un site datant de l’âge de 
 Haut Karabagh
Région  du  sud–ouest  de  l’Azerbaïdjan.  C’est  à 
dire  le  territoire  du  vilayet/oblast  autonome  éta-
bli  à  l’intérieur  de  l’Azerbaïdjan  SSR  (Le  Vilayet/
Oblast  autonome  du  Haut  Karabagh).  Se  compose 
des  régions  d’Aghdere,  d’Asgaran,  de  Choucha, 
de Khodjavend, d’Hadrut. A cause des menées ter-
roristes et agressives des séparatistes arméniens, le 
statut d’autonomie du Haut Karabagh est annulé le 
26  novembre  1991. Actuellement  avec  sept  régions 
adjacentes,  elle  est  sous  occupation  de  l’Arménie. 
L’Arménie  alléguant  comme  prétexte  l’administra-
tion du régime des séparatistes qu’elle - même avait 
établi  en  Haut-Karabagh,  essaie  de  décliner  toute 
responsabilité pour le fait d’occupation du Haut-Ka-
rabagh.  L’Azerbaïdjan  propose  de  conférer  le  plus 
haut statut d’autonomie  au Haut-Karabagh à l’inté-
rieur de l’Azerbaïdjan assorti de conditions comme 
la libération des terres occupées et le rétablissement 
de l’intégrité territoriale.

www.aliyevheritage.org
184
KHODJALY - 1992
pierre, est sur le territoire de la région de Fuzouli. 
Plus  de  1100  habitants  de  Fuzouli  sont  devenus 
martyrs  ou  portés  disparus  pendant  l’occupation, 
113 personnes ont été retenues prisonnières, 1450 ont 
été blessées.
Les  dommages  causés  par  cette  agression  mili-
taire à cette région font plus de 4 milliards 742 mil-
lions 932 mille USD.
 Les terres occupées
Le  territoire  du  Haut-Karabagh  et  sept  régions 
adjacentes  sont  occupées  par  les  forces  armées  de 
l’Arménie (1991 -1994) à la suite de la guerre arméno 
–azerbaïdjanaise.
 La région de Kelbedjer
Région  administrative  du  sud–ouest  de  la  Répu-
blique  d’Azerbaïdjan.  Superficie  de  3054  km2,  popu-
lation de 73.600 hab.. Le 2 avril 1993, elle a été occu-
pée par les unités militaires arméniennes. 128 villages 
et bourgs, 97 écoles secondaires, 7 écoles maternelles, 
254 centres culturels, 18 établissements industriels, 627 
installations agricoles, 2 bureaux de poste, 76 hôpitaux 
ont été pillés par les Arméniens. Lors de l’occupation 
arménienne 511 habitants de Kelbedjer ont été tués, 321 
ont été pris en otage et sont portés disparus.
Les dommages causés par cette agression militaire à 
cette région font plus de 1 milliards 774 millions USD.
 La région de Latchin
Région administrative dans la République d’Azer-
baïdjan. Superficie de 1835 mètres carrés, population 
de 68.500 hab.. Le 18 mai 1992 la région de Latchin a été 

www.aliyevheritage.org
185
KHODJALY - 1992
occupée par les forces armées arméniennes. 127 villages 
et bourgs, 111 écoles secondaires, 25 écoles maternelles, 
217 centres culturels, 142 établissements de santé, 228 
établissements  industriels,  244  installations  agricoles, 
67 bureaux de poste et de communication, 76 hôpitaux 
ont été pillés par les Arméniens.
Lors de l’occupation de Latchin 264 personnes sont 
devenues martyrs, 65 prisonnières, 103 personnes des 
blessés de guerre.
Les dommages causés par cette agression militaire 
à cette région font plus de 7 milliards 99 millions 526 
mille USD.
 Personnes déplacés
Les  personnes  déplacées  à  l’intérieur  de  leur 
propre pays sont ”des personnes ou des groupes de 
personnes qui ont été forcés ou contraints à fuir ou à 
quitter leur foyer ou leur lieu de résidence habituel, 
notamment en raison d’un conflit armé, de situations 
de  violence  généralisée,  de  violations  des  droits  de 
l’homme ou de catastrophes naturelles ou provoquées 
par l’homme ou pour en éviter les effets, et qui n’ont 
pas  franchi  les  frontières  internationalement  recon-
nues d’un Etat“
 Caucase
Territoire  frontalier,  à  l’ouest,  de  la  mer  Noire  et 
d’Azov, à l’est, de la mer de Caspienne et, au nord, de 
la plaine Kuma –Mahich, nord–est de la Turquie, et, 
au sud, de l’Iran. Superficie de 440 mille km
2
 C’est un 
territoire multiethnique et multi-culturel. Sur ce ter-
ritoire se trouvent les Républiques d’Azerbaïdjan, de 
Géorgie et d’Arménie, ainsi que le sud de la Russie.

www.aliyevheritage.org
186
KHODJALY - 1992
 Réfugié
Les Azerbaïdjanais qui ont quitté leur pays de nais-
sance,  l’Arménie,  et  qui  sont  venus  en Azerbaïdjan, 
sont titulaires du statut de ”réfugié“.
 Région de Qubadly
Région  administrative  de  la  République  d’Azer-
baïdjan. Superficie de 800 km2, population de 35.700 
hab.. Le 31 août 1993 a été occupée par les unités mi-
litaires arméniennes. 94 villages et bourgs, 63 écoles 
secondaires, 11 écoles maternelles, 180 centres cultu-
rels,  8  établissements  industriels,  1080  installations 
agricoles, 32 bureaux de poste et de communication, 
86 hôpitaux ont été pillés par les Arméniens.
Les dommages causés par cette agression militaire 
à cette région font plus de 1 milliards 485 millions 627 
mille USD.
 Choucha
Ville de la région de Haut Karabagh de l’Azerbaïd-
jan. Le centre de la région administrative de Choucha 
(superficie 289.0 km2). Cette ville a été construite au 
début des années 50 du XVIII siècle par le khan Pana-
hali Khan du Karabagh. Au début, la ville de Chou-
cha  était  dénommée  en  même  temps  Panahabad  en 
l’honneur du Khan. Depuis cette époque, la ville était 
devenue  le  centre  politique  et  culturelle  du  Khanat 
azerbaïdjanais  de  Kharabagh.  Depuis  l’occupation 
de  l’Azerbaïdjan  par  la  Russie  elle  était  le  principal 
centre  administratif,  économique  et  culturel,  ainsi 
que le centre  culturel principal de tout l’Azerbaïdjan. 
Choucha est la patrie de nombreux artistes de l’Azer-
baïdjan. Le 8 mai 1992, la ville a été occupée par les 

www.aliyevheritage.org
187
KHODJALY - 1992
forces armées de l’Arménie. Lors de l’occupation de 
Choucha 200 personnes sont devenues des martyrs, 
150 sont des mutilés de guerre. Selon les statistiques 
de 1989 la population était 20 579, dont 19 036 Azer-
baïdjanais, 1377 Arméniens. Actuellement sous occu-
pation des Arméniens, n’y vivent que des Arméniens. 
La liberation de Choucha est une des questions prin-
cipales sur laquelle l’Azerbaïdjan insiste lors des né-
gociations pour le règlement de l’agression armée de 
l’Arménie contre l’Azerbaïdjan. 
Les dommages causés par cette agression militaire 
à cette région font plus de 4 milliards 257 millions 474 
mille USD.
 La mosquée de Tezepir
Une mosquée unique dans tout l’Orient, elle a été 
construite il y a plus d’un siècle. Cette mosquée est le 
centre religieux de l’Azerbaïdjan et de tout le Caucase. 
Le Bureau des Musulmans du Caucase s’y trouve.
 
 Khodjaly
Ville  sur  la  route  Khankendi–Aghdam.  Centre 
administratif de la région de Khodjaly. A eu le sta-
tut de ville en 1990. Le 26 février 1992 a été occupée 
par les unités militaires arméniennes, soutenues par 
la  division  n°366  de  l’ex-URSS.  En  occupant  Kho-
djaly,  les Arméniens  ont  enlevé  un  objectif  straté-
gique, qui était un centre azerbaïdjanais important 
du Haut-Karabagh, d’autre part, ils voulaient raser 
cette ville. Car Khodjaly était une localité qui était un 
témoignage des traditions historiques et culturelles 
de  l’antiquité  jusqu’aujourd’hui  dans  l’histoire  de 
l’Azerbaïdjan. Dans l’histoire elle est connu comme 

www.aliyevheritage.org
188
KHODJALY - 1992
le centre de la culture ”Khodjaly – Gedebey“. 
613 habitants de Khodjaly ont été tués, 487 mu-
tilés, 1275 civils –vieillards, enfants, femmes ont été 
emmenés en captivité et ont subi des humiliations 
sans précédent, 150 personnes sont portées dispa-
rues. 
Les 613 personnes ont été tuées dont 106 femmes, 
63  enfants,  70  vieillards.  8  familles  complètes  ont 
été assassinées, 24 enfants on perdus leurs deux pa-
rents, 130 enfants ont perdu un de leurs parents.
 Culture ”Khodjaly – Gedebey“
Une culture en Azerbaïdjan, dans les région mon-
tagneuses  et  les  collines  entre  les  fleuves  Koura  et 
Araxe,  à  l’époque  du  bronze  et  du  premier  paléo-
lithique (av. J-C. 13
è
-7
è
 siècles). A été désignée du fait 
des monuments découverts près de la ville de Khodja-
ly et dans la région de Gedebey. Se caractérise par des 
monuments à Khodjaly et à Gedebey, des résidences, 
des  ateliers,  des  tombes,  des  lieux  de  dévotion.  Sur 
le territoire où cette culture s’étendait, des ateliers de 
fonte du cuivre, des vertiges d’ateliers de cuivre et de 
bronze, des instruments et des armes en pierre ont été 
découverts.  Des  instruments  de  travail  de  l’époque 
du Néolithique y ont été découverts. Des tombes en 
pierre et en terre où des cadavres dans les kourganes 
ont été enterrés assis, allongés et enveloppés. La cé-
ramique  des  tombes  est  presque  partout  semblable. 
Des bronzes, épées, haches, bâtons, flèches,  fourches, 
poignards, des cruchons, des chaudrons, des brides, 
des bracelets, des bagues, des bijoux en os, des objets 

www.aliyevheritage.org
189
KHODJALY - 1992
en argile et en pierre ont été découverts de ces tombes. 
Après l’occupation arménienne la destruction de tous 
ces monuments de haute culture, dont le plus ancien 
cimetière de Khodjaly, furent une parfaite illustration 
du vandalisme arménien et aussi un acte de violence 
contre  la  culture  universelle.  Les  recherches  histo-
riques prouvent que le territoire de Khodjaly est un 
des endroits les plus anciennement habités de l’Azer-
baïdjan.  Les  recherches  montrent  que  l’existence  de 
notre peuple, de l’antiquité jusqu’à aujourd’hui, son 
artisanat,  sa  religion,  sa  culture  trouvent  leur  reflet 
dans la toponymie de Khodjaly.
 La région de Khodjavend
Région administrative du sud-ouest de la Répu-
blique d’Azerbaïdjan. Sa superficie est de 1458 km
2

En 1992 cette région a été occupée par les unités mi-
litaires arméniennes.
 La région de Zenguilan
Région administrative de la République d’Azer-
baïdjan. Sa superfice est 707 km2, sa population 37,4 
mille. Le 29 octobre 1993 cette région a été occupée 
par les unités militaires arméniennes. 85 villages et 
bourgs, 81 écoles secondaires, 42 écoles maternelles, 
152 centres culturels, 12 établissements industriels, 
2820 installations agricoles, 80 bureaux de poste et 
de communication, 66 hôpitaux ont été pillés par les 
Arméniens.
Les dommages causés par cette agression militaire 
à cette région font plus de 3 milliards 414 millions 
170 mille USD.

www.aliyevheritage.org
190
KHODJALY - 1992
TABLE DES MATIÈRES
Avant - propos ......................................................
Heydar Aliyev, dirigeant historique du peuple 
azerbaïdjanais, à propos du génocide de Khodja-
ly ..................................................................................
Ilham  Aliyev,  Président  de  la  République 
d’Azerbaïdjan, à propos du génocide de Khodja-
ly .................................................................................. 
Le génocide de Khodjaly est un crime contre 
l’Humanité .................................................................
Matériaux de référence et de sources d’infor-
mations .......................................................................
131
137
155
166
180

ТЯЪАВЦЗКАРЫН ДЯСТ-ХЯТТИ
SIGNATURE OF AGGRESSOR
LA GRIFFE DE L`AGRESSEUR
ПОЧЕРК  АГРЕССОРА

ЦЕНТР ИССЛЕДОВАНИЙ НАСЛЕДИЯ 
ГЕЙДАРА АЛИЕВА
ХОДЖАЛЫ - 1992
Баку - 2014

Книга «Ходжалы-1992» посвящена памяти жертв 
Ходжалинского  геноцида,  совершенного  армянскими 
вооруженными формированиями в 1992 году. В книгу 
включены  высказывания  о  Ходжалинском  геноциде 
Общенационального  лидера  азербайджанского  народа 
Гейдара  Алиева  и  Президента  Азербайджанской 
Республики  Ильхама  Алиева,  статьи  и  справочные 
материалы об этой трагедии, являющейся постыдным 
актом в истории всего человечества.
© Центр исследований наследия Гейдара Алиева 2014

1992
XOCALI
KHOJALY
KHODJALY
 
ХОДЖАЛЫ

Консультант серии «Издания Центра исследований наследия 
Гейдара Алиева»:
Асеф НАДИРОВ,
Действительный  член Национальной Академии наук 
Азербайджана
Научный консультант:
Эльхан СУЛЕЙМАНОВ, 
Президент АСРГОА, депутат от Шамахы, глава азербайджанской 
делегации в Парламентской Ассамблее ЕВРОНЕСТ, член 
азербайджанской делегации в Парламентской Ассамблее Совета 
Европы
Руководитель творческого состава:
Фуад  БАБАЕВ,
доктор философии по политическим наукам
Редакторы:
Гюндуз  НАСИБОВ
Ирина  МУХТАРОВА
Редактор - лингвист:
Натаван  ЭФЕНДИЕВА
Координатор по переводам:
Тамкин  МАМЕДЛИ
Ассистент координатора по переводам
Валентина  КАРПОВА
Дизайнеры:
Фаик АЛИЕВ
Эльвиз  ИСМАИЛОВ
Верстка:
Севда АГАЕВА
В подготовке книги использованы  материалы АзерТадж.
В фотоблоке книги использованы фотоматериалы АзерТадж.
В оформлении обложки использовано фото фрагмента мемори-
ала в память о жертвах Ходжалинского геноцида, установленного в 
Баку (2008, скульпторы Теймур, Аслан и Махмуд Рустамовы)
Переработанное и дополненное издание.

Посвящается памяти жертв чудовищного 
Ходжалинского геноцида

www.aliyevheritage.org
199
ХОДЖАЛЫ - 1992
Уважаемые читатели!
Исполняется  22  года  со  времени  совершения 
армянскими  вооруженными  формированиями 
в одном  из древнейших поселений в Азербайд-
жане - городе  Ходжалы - геноцида, повергшего в 
ужас весь мир.
22  года  назад  –  26  февраля  1992  года  Воору-
женные  силы  Армении  при  непосредственном 
участии  армянских  вооруженных  групп  на  тер-
ритории  Нагорного  Карабаха  Азербайджана,  а 
также личного состава и тяжелой военной техни-
ки 366-го мотострелкового полка бывшего СССР, 
располагавшегося  на  территории  Ханкенди,  за-
хватили  город  Ходжалы,  осуществив  геноцид  в 
отношении  азербайджанского  народа.  Во  время 
оккупации Ходжалы за одну ночь было убито 613 
человек из числа мирного населения, в том числе 
с особой жестокостью и под пытками было уби-
то 63 ребенка, 106 женщин, 70 стариков, им были 
отрублены  головы,  выколоты  глаза,  были  прот-
кнуты  штыками  животы  беременных  женщин, 
трупы  были  осквернены.  По  своим  масштабам 
и  сути  Ходжалинская  трагедия  стоит  в  истории 
в одном ряду с такими преступлениями против 
человечности,  как  геноцид  в  Хатыни,  Лидице, 
Сонгми.
Во  время  этого  преступления,  совершенного 
профессиональными воинскими частями против 
мирных  граждан,  были  грубо  нарушены    прин-
ципы и законы, касающиеся прав человека. Но-
чью,  без  всякого  предупреждения,  город  был 
взят в осаду, времени для отступления населению 
предоставлено  не  было,  мирные  жители,  вклю-

www.aliyevheritage.org
200
ХОДЖАЛЫ - 1992
чая пожилых, больных, женщин, детей были ис-
треблены.
Истинную суть Ходжалинской трагедии очень 
точно  выразил  Общенациональный  лидер  азер-
байджанского народа Гейдар Алиев: «Ходжалин-
ская трагедия является кровавой страницей поли-
тики этнической чистки и геноцида, проводимой 
воинствующими  армянскими  националистами 
против  нашего  народа  за  более  чем  двухсотлет-
ний  период».  По  инициативе  Общенациональ-
ного лидера Азербайджана, всегда чтившего па-
мять жертв геноцида в Ходжалы, Милли Медж-
лис  Азербайджанской  Республики  в  1994  году 
дал правовую оценку этой трагедии, а 25 февраля 
1997  года    был  подписан  Указ  «Об  объявлении 
минуты молчания в память о жертвах геноцида 
в Ходжалы». Резко осудив геноцид, Гейдар Алиев 
назвал  его  тяжелейшим  преступлением  против 
человечества.
Именно с этой точки зрения я считаю, что из-
дание  Центром  исследований  наследия  Гейдара 
Алиева книги, посвященной Ходжалинскому ге-
ноциду, является символичным. 
Великий Гейдар Алиев придавал большое зна-
чение вопросу доведения до внимания мировой 
общественности  истин  об  этой  трагедии:  «Се-
годня  перед  азербайджанским  правительством 
и  народом  стоит  задача  донести  до  государств, 
парламентов мира, до широкой общественности 
истины  о  Ходжалинском  геноциде  и  в  целом  о 
варварствах, совершенных армянами в Нагорном 
Карабахе,  в полном масштабе и со всеми ужаса-
ми так, как это было в действительности, а также 

www.aliyevheritage.org
201
ХОДЖАЛЫ - 1992
добиться признания всего этого как акта истин-
ного геноцида».
Следует  отметить,  что  Фонд  Гейдара  Алиева 
осуществляет  в  связи  с  этим  крупномасштаб-
ные  проекты.  Фондом  под  руководством  госпо-
жи  Мехрибан  Алиевой  была  издана  различная 
литература  в  связи  с  Ходжалинской  трагедией. 
Ежегодно во многих странах мира по инициати-
ве Фонда проводятся мероприятия, посвященные 
этой  трагедии.  Получила  широкое  распростра-
нение кампания «Справедливость для Ходжалы», 
проводимая    по  инициативе  вице-президента 
Фонда Гейдара Алиева госпожи Лейлы  Алиевой. 
Хотелось  бы  отметить,  что  одной  из  органи-
заций,  осуществляющих  деятельность  в  этом 
направлении,  является  «Ассоциация  содействия 
развитию гражданского общества в Азербайджа-
не» (АСРГОА).
В 2006 году «Ассоциация содействия развитию 
гражданского  общества  в  Азербайджане»  (АСР-
ГОА) издала на азербайджанском,  русском и ан-
глийском языках книгу «Ходжалинский геноцид 
(в документах, фактах и зарубежной прессе)».
В 2007 году АСРГОА провела крупномасштаб-
ную  акцию  под  лозунгом  «Ходжалинский  гено-
цид: миллион подписей, одно требование». В ре-
зультате акции были собраны подписи миллиона 
граждан  Азербайджана,  требующих  признания 
Ходжалинской трагедии как геноцида. 
Особо следует отметить, что эти подписи озна-
чают не просто требование, это живое свидетель-
ство  для  истории  людей,  бывших  свидетелями 
Ходжалинского  геноцида,  морально-политиче-

www.aliyevheritage.org
202
ХОДЖАЛЫ - 1992
ский и историко-правовой документ. Именно по 
этой  причине  данные  подписи  были  представ-
лены во многие известные библиотеки и архивы 
Азербайджана и зарубежных стран, парламенты 
крупных государств для восстановления  истори-
ческой  истины  и  справедливости,  а  также  была 
издана одноименная книга.
Следует  отметить,  что  то,  что  государствами 
мира Ходжалинской трагедии не была дана сво-
евременно  политическая и правовая оценка, от-
крывает  путь  для  новых  трагедий.  В  результате 
диверсий или катастроф техногенного характера  
на  неподконтрольных  Азербайджану  оккупиро-
ванных территориях, могут быть поставлены под 
угрозу жизни десятков тысяч людей. Эта угроза 
реальна в связи с ситуацией, сложившейся с Сар-
сангским водохранилищем.
Учитывая это, АСРГОА в 2013 году дала старт 
крупному проекту. Цель проекта – проинформи-
ровать о состоянии Сарсангского водохранилища, 
о возможной гуманитарной катастрофе, биологи-
ческом и экологическом кризисе в связи с этим, а 
также об ущербе, нанесенном экономике  6 райо-
нов в течение 23 лет, не только азербайджанское 
общество, но и мировую общественность, добить-
ся  принятия  международными  организациями 
соответствующих документов, подготовить пакет 
мер по предотвращению возможной гуманитар-
ной катастрофы и экологического кризиса.
Сарсангское водохранилище, имеющее страте-
гическое значение для Азербайджана, находится 
на оккупированных Арменией территориях стра-
ны. Оно было построено в 1976 году. По причине 

www.aliyevheritage.org
203
ХОДЖАЛЫ - 1992
нахождения Сарсангского водохранилища на ок-
купированной территории его технические уста-
новки остаются без соответствующего контроля, и 
пришли в аварийное состояние. Поэтому велика 
вероятность  разрушения  этого  водохранилища 
вследствие  природной  катастрофы,  технических 
неполадок или диверсии, что чревато серьезной 
угрозой для 400-тысячного населения семи райо-
нов Азербайджана.
К  большому  сожалению,  различные  между-
народные  организации,  в  том  числе  авторитет-
ные  европейские  институты,  демонстрируют  в 
вопросе решения этой проблемы необъяснимую 
(а, возможно, и объяснимую) позицию, тогда как 
объективная  оценка  подобных  проблем,  Ход-
жалинского геноцида и в целом факта агрессии 
Армении в отношении Азербайджана, и восста-
новление исторической и юридической справед-
ливости могли бы стать заслоном перед другими 
возможными трагедиями  в регионе в будущем. 
Уважаемые читатели!
Как  это  видно  из  данной  книги,  и  великий 
государственный  деятель  Гейдар  Алиев,  и  Пре-
зидент  Азербайджанской  Республики  господин 
Ильхам  Алиев  в  своих  выступлениях  и  обраще-
ниях неоднократно давали оценку Ходжалинско-
му геноциду, характеризуя его как наиболее чу-
довищное событие ХХ века, преступление против 
человечности.
Издание  книги,  наряду  с  азербайджанским 
языком,  также  на  английском,  французском  и 
русском  языках,  тоже  является  символичным, 

www.aliyevheritage.org
204
ХОДЖАЛЫ - 1992
так как они являются государственными языками 
стран-сопредседателей  Минской  группы  ОБСЕ, 
созданной с целью урегулирования армяно-азер-
байджанского  нагорно-карабахского  конфликта. 
Тем  самым  творческий  состав,  работавший  над 
изданием  книги,  в  очередной  раз  хочет  довести 
до внимания правду о наиболее драматичном и 
кровавом  событии,  имевшем  место  в  ходе  это-
го  конфликта.  Выражаясь  словами  Президента 
Азербайджанской Республики господина Ильха-
ма  Алиева,  «…угроза  для  мира  политики  этни-
ческого сепаратизма армянских национал-шови-
нистов, осуществляемой ими в регионе, а также 
их идеология ненависти и террора в отношении 
других народов должны быть раскрыты.  Это наш 
гражданский и человеческий долг перед памятью 
тех, кто геройски погиб в Ходжалы».
Выражаю  надежду  на  то,  что  те,  кто,  исказив 
события, произошедшие сто лет назад в Осман-
ской империи, пытается представить их под ви-
дом «геноцида армян», после ознакомления с на-
шим повторным изданием данной книги получат 
возможность отличить  истинных жертв геноци-
да от тех, кто этот геноцид совершил.
Эльхан Сулейманов, 
Президент  АСРГОА,  депутат  от  Шамахы, 


Yüklə 13,59 Mb.

Dostları ilə paylaş:
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   14




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©www.azkurs.org 2020
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə